Scroll down
ENSORCELÉES

JOUR DE COLÈRE

En 1623 au Danemark, Anne vit dans l’austérité avec son mari le vieux pasteur luthérien Absalon et sa belle-mère qui la jalouse et la hait. Le jour même où elle fait la connaissance de Martin, le fils d’Absalon, une paysanne, Marte Herloff, accusée de sorcellerie et menacée de mort, vient lui demander de l’aide...

Synopsis

l'Histoire

En 1623 au Danemark, Anne vit dans l’austérité avec son mari le vieux pasteur luthérien Absalon et sa belle-mère qui la jalouse et la hait. Le jour même où elle fait la connaissance de Martin, le fils d’Absalon, une paysanne, Marte Herloff, accusée de sorcellerie et menacée de mort, vient lui demander de l’aide. La vie d’Anne bascule : elle ne sortira indemne ni de la passion amoureuse qui naît alors en elle, ni de la confrontation à la violence de la religion.

  • Info 1943, 92 minutes, Danemark, VO D – ST F
  • Réalisation et scénario Carl Theodor Dreyer, adapté d’Anne Pedersdotter, une pièce de Wiers-Jenssen
  • Musique Poul Schierbeck
  • Interprétation Thorkild Roose (Absalon), Lisbeth Movin (Anne), Preben Lerdoff (Martin), Anna Svierkier (Marte)
  • Production Carl Theodor Dreyer et Tage Nielsen

l'Auteur

LE POINT DE VUE DE...

Ce film est un véritable chef-d’oeuvre, la beauté de chaque plan, dont la composition soignée s’inspire de la peinture hollandaise du XVIIème siècle, entraîne le spectateur dans une réflexion profonde sur le clairobscur des sentiments humains. Les jeux de lumière sur des visages sans maquillage, l’importance accordée aux regards rendent palpable l’ambivalence qui anime les personnages. Lisbeth Movin (Anne) interprète magistralement une femme qui se perd entre désir de liberté et désir meurtrier. Ce film aborde avec finesse les figures de la sorcière et de la femme adultère de manière non moralisante, comme des exemples d’émancipation du féminin dans un monde dominé par le patriarcat. Mais finalement, ni la justice, ni l’amour ne

MARIE CÉNEC
MARIE CÉNEC Invitée au débat

Débat

Invité au débat